Recherches et développements

Le Groupe Amorim a investi plus de 60 M€ en Recherche et Développement sur les 12 dernières années afin d’élever en permanence la qualité, la performance et la sécurité de ses produits.
Amélioration des process industriels pour toujours plus de sécurité organoleptique, innovation technique avec des produits comme Helix, Acquamark, Advantec ou Neutrocork : autant de prouesses technologiques au service de votre vin et de la satisfaction des consommateurs.

Pour Amorim, innovation sera toujours synonyme de : nouvelles applications, nouveaux produits, nouveaux marchés, 21 brevets ont ainsi été soumis à l’enregistrement ces dernières années, concrétisant la stratégique de développement du groupe.

La lutte contre le TCA

Le Groupe Amorim a créé un laboratoire de Recherche et Développement en décembre 1999.
Avec à sa tête le professeur Miguel Cabral, ce laboratoire mène des études approfondies sur le liège afin d’en parfaire sa connaissance. Différents travaux de recherche sont menés en liaison avec des Universités européennes et mondiales. Ces travaux de recherche sont à la base de nombreuses avancées dans les améliorations qualitatives de nos produits, notamment la sécurisation de la matière 1ère.

Amorim a engagé tous ses efforts dans l’amélioration de ses produits avec un objectif prioritaire : diminuer au maximum les risques de contamination par le TCA, ces composés organiques responsables du “goût de bouchon”.
Pour atteindre ces objectifs, Amorim dispose d’un laboratoire central d’analyses chimiques, Labcork.
La stratégie anti-TCA d’Amorim est basée sur une combinaison de mesures préventives et curatives pour éviter ou éliminer les contaminants du liège à chaque point critique de la chaîne de production.
Cette démarche s’est matérialisée par :

  • l’amélioration des techniques de récolte et de contrôle du liège
  • des nouvelles procédures d’achat et de sélection du liège
  • des contrôles rigoureux lors du stockage et de la stabilisation du liège brut
  •  un nouveau système de bouillage pour le lavage des planches de liège (CONVEX®)
  • un procédé de lavage hautement efficace (INOS II®) pour les rondelles de liège
  • de l’ozone pour désodoriser le liège et éviter une contamination microbienne
  • une analyse chimique complète permettant d’identifier le liège suspect.

Ces améliorations des process et des contrôles qualité sont à l’origine des progrès importants réalisés dans la lutte contre le TCA.
L’introduction du système ROSA® a marqué une nouvelle étape : il s’agit du premier procédé à échelle industrielle permettant d’extraire le TCA et autres corps volatils présents dans les composants des bouchons (rondelles, granulés, poudre de liège).
ROSA® Evolution étend le champ de ce process aux bouchons de liège naturels.
Des tests scientifiques* ont confirmé que le procédé ROSA® peut réduire de 80% la contamination par le TCA.
Ainsi, un bouchon traité ROSA® va réduire la quantité de TCA extractible résiduel en deçà du seuil susceptible de permettre la détection d’une altération organoleptique à la dégustation.

Amélioration du savoir sur la perméabilité à l'oxygène du bouchon

A partir du moment où l’on connaît l’impact de l’oxygène sur les différentes phases de préparation et de stockage du vin, être capable de garantir les standards qualité des producteurs de vin devient crucial. L’oxygène est un facteur qui influe sur le vieillissement du vin en bouteille. Sa transmission est directement liée au bouchon.

La gestion de l’oxygène dans le vin commence avec le pressurage, se poursuit avec l’embouteillage et passe par le stockage en bouteille, à travers des facteurs tels que : l’espace de tête entre le vin et le bouchon, le volume, la pression et la composition gazeuse de l’espace de tête et, enfin, l’entrée d’oxygène à travers le bouchon (2).

Les bouchons jouent un rôle important au niveau de la transmission d’oxygène durant le stockage du vin. Dans une étude de trois ans, menée par l’Université de Bordeaux (France), l’entrée d’oxygène a été quantifiée pour des bouchons en liège naturel, des bouchons techniques en liège, des bouchons synthétiques et différentes capsules à vis en aluminium, en utilisant une méthode colorimétrique non destructive.

Les résultats obtenus ont montré que les différents types de bouchons ont des perméabilités à l’oxygène significativement différentes. Les capsules à vis (avec joint Saran-étain) agissent comme un joint hermétique et ne permettent pas à l’oxygène
 de passer dans la bouteille au fil du temps. D’un autre coté, les bouchons synthétiques permettent une entrée importante et constante d’oxygène dès qu’ils sont placés dans la bouteille. Entre ces deux comportements extrêmes par rapport à l’oxygène, les bouchons en liège offrent une dynamique différente, liée à leur type : les bouchons techniques permettent la pénétration d’une petite quantité d’oxygène, durant le premier mois suivant l’embouteillage, et une quantité négligeable par la suite; les bouchons en liège naturel permettent une augmentation significative de la quantité d’oxygène dans la bouteille pendant les premiers mois, suivie par une décroissance progressive de l’entrée d’oxygène jusqu’à environ un an, pour devenir ensuite négligeable.

Cette même étude a également conclu que le stockage en position verticale ou horizontale a un impact faible sur l’entrée d’oxygène pour les différents bouchons. Ces résultats sont en accord avec les données publiées en 2005 par Skouroumounis et al. (4) qui démontrent, à l’issu d’un suivi de cinq ans, qu’il n’y a aucun effet, relié à la position de stockage des bouteilles, sur la composition ou sur les caractéristiques organoleptiques de vins blancs. (3)

Oxydation et réduction

La capacité d’un bouchon de contribuer à l’oxydation et / ou à la réduction d’un vin dans une bouteille, est fortement liée à son taux de transmission d’oxygène (OTR). La majorité des producteurs de vins reconnaissent qu’une faible transmission d’oxygène au travers du bouchon est bénéfique lors de l’élaboration d’un vin.

Une étude récente qui a suivi durant plus de deux ans la performance de différents bouchons sur l’évolution en bouteille d’un sauvignon blanc de Bordeaux, a montré que, du point de vue sensoriel, l’évolution du vin demeurait équilibrée avec les bouchons en liège. Le vin a montré une oxydation en utilisant les bouchons synthétiques, une réduction avec les capsules à vis à joint Saran-étain et une meilleure évolution avec les capsules à vis à joint Saranex (4).

Les résultats de l'analyse chimique (acide ascorbique et acide sulfurique, couleur, 4MMP, 3MH, H2S) ont montré une bonne corrélation avec l'évolution sensorielle observée pour les différents bouchons.

 

2  Méthode colorimétrique non destructive pour déterminer le coefficient de diffusion de l’oxygène au travers des obturateurs utilisés dans l’élaboration des vins - LOPES, Paulo; SAUCIER, Cédric et GLORIES, Yves - In, Journal of Agricultural and Food Chemistry, 2005..

3  Skouroumounis, G.K. ; Kwiatkowski, M.J. ; Francis, I.L. ; Oakey, H.; Capone, D.; Duncan, B.; Sefton, M.A. ; Waters, E.J. Impact du type de bouchage et des conditions de stockage sur la composi- tion, la couleur et les propriétés gustatives d’un Riesling et d’un Chardonnay boisé pendant un stockage de cinq ans. Aust. J. Grape and Wine Res. 2005, 11, 369-384.

4  Impact of Oxygen Dissolved at Bottling and Transmitted through Closures on the Composition and Sensory Properties of a Sauvignon Blanc Wine during Bottle Storage – LOPES, Paulo; SILVA,MARIA A.; PONS, Alexandre; TOMINAGA, Takatoshi; LAVIGNE, Valerie ; SAUCIER, Cedric; DARRIET, Philippe ; TEISSEDRE, Pierre-Louis e DUBOURDIEU, Denis – In, Journal of Agricultural and Food Chemistry, 2009.

5  Antioxidant and Biological Properties of Bioactive Phenolic Compounds from Quercus suber L. – FERNANDES, Ana; FERNANDES, Iva, CRUZ, Luís, MATEUS, Nuno; CABRAL, Miguel; e FREITAS, Victor de – In, Journal of Agricultural and Food Chemistry, 2009.

6  Plant tannins as inhibitors of hydroperoxide production and tumor promotion induced by ultraviolet b radiation in mouse skin in vivo - GALI-MUHTASIB, H. U.; YAMOUT, S. Z.; SIDANI, M. M. Oncol.Rep. 1999.