Lexique

a - b - c - d - e - f - g - h - i - j - k - l - m - n - o - p - q - r - s - t - u - v - w - y - x - z

A

Amorim

La famille Amorim a commencé la production de bouchons de liège naturel en 1870, établissant les bases de ce qui est devenu aujourd’hui le plus grand groupe portugais et mondial du secteur du liège. Cette expérience de longue date a permis à Amorim & Irmãos de comprendre l'ensemble du processus de fabrication des produits issus du liège, de la matière première au produit fini. Le Groupe Amorim occupe ainsi une position dominante à l'échelle nationale et internationale dans le domaine du liège, qui reste encore aujourd'hui son "métier de cœur".

B

Conservation du vin

Les vins les plus prestigieux et possédant une renommée mondiale continuent à utiliser les bouchons de liège, symbole de qualité et de longévité et garantie de la meilleure conservation du vin.

Les plus grands producteurs de vins ont choisi ces bouchons naturels (produits seulement à partir du liège écorcé des chênes-liège qui atteignent les 50 ans d’existence) comme le système de bouchage le plus sûr pour préserver le précieux nectar fruit de leur travail. Le bouchon en liège est en fait ce qui existe de mieux et de plus fiable pour boucher un vin et assurer la conservation du vin, pour qu’il se bonifie et atteigne finalement sa totale plénitude afin de pouvoir l’apprécier quelques années ou décennies plus tard.

"Pour une longue maturation des vins, on n’a pas encore trouvé mieux que le bouchon de liège. Sans ce petit cylindre de liège, jamais n’auraient été découvertes les vertus du vieillissement lent des vins, qui assouplit les tanins et développe des arômes insoupçonnées".
(Jean-Robert Pitte, "Bordeaux, Bourgogne, des passions rivales").

Bouchons de champagne

Les bouchons de Champagne sont maintenus par des muselets et des capsules afin d'éviter que la pression interne de la bouteille ne les éjecte.

Il en est de même pour la bière, le cidre, les vins mousseux et effervescents.

La gamme des bouchons Amorim comprend plusieurs produits adaptés au bouchage du champagne et vins effervescents :

  • Bouchon de champagne
  • Bouchon vin Effervescent
Bouchons synthétiques

Les bouchons synthétiques extrudés sont fabriqués comme un spaghetti de 22 mm de diamètre qui est ensuite coupé afin d'obtenir des bouchons synthétiques de longueur standard (ex. de 37 mm ou 43 mm).

Les bouchons synthétiques co-extrudés ont une partie externe qui protège la structure cellulaire centrale et qui contribue à obtenir une certaine élasticité.

Les matières premières généralement utilisées pour la fabrication des bouchons synthétiques sont le polyéthylène (PE), les élastomères thermoplastiques (styrène, butylène), l’éthylène ou l’acétate de vinyle (EVA).

Bouchage du vin

Le bouchage du vin désigne la mise du bouchon dans le goulot de la bouteille.

L’objectif principal du bouchage du vin est d’assurer l’étanchéité de la bouteille, la résistance au suintement (bouteilles "couleuses"), tout en respectant les qualités organoleptiques du vin. Le bouchage du vin est une opération complexe qui doit prendre en compte les paramètres œnologiques, d’embouteillage et d’expédition ainsi que la durée de la conservation du vin.

Le bouchage du vin à l'aide de bouchons de liège est clairement le procédé le moins impactant du point de vue écologique et le plus qualitatif en matière de conservation du vin

Le bouchon de vin par Amorim

Amorim est un producteur historique de bouchon de vin, il est maintenant le leader mondial du bouchon de vin en liège.

La gamme de bouchons de vins Amorim :

  • Bouchon de vin Naturel
  • Bouchon de vin Acquamark
  • Bouchon de vin Twin-top
  • Bouchon de vin Neutrocork
  • Bouchon bouchon de vin Advantec
  • Bouchon vin champagne
  • Bouchon vin Effervescent
  • Bouchon de vin Spark One
  • Bouchon de vin à tête
Bouchon de vin

Un bouchon de vin est un accessoire obturant le volume de la bouteille pour assurer l’étanchéité aux gaz et aux liquides. Cependant la
relation du vin avec l'air demande plus de subtilité. À la fois poumon et filtre, le bouchon de vin permet une circulation de gaz entre le vin
et le milieu extérieur. Selon que cet échange sera équilibré ou non, le vin vieillira bien ou mal.

Le bouchon de vin en liège est constitué de liège, écorce du chêne-liège (Quercus Suber L), un arbre noble possédant des caractéristiques très
spéciales qui croît dans les pays qui entourent le bassin méditerranéen, où il est apparu il y a plus de 60 millions d'années.

L'Homme a appris très rapidement à extraire, à travailler et à utiliser l'écorce renouvelable de cette noble espèce. Ainsi le bouchon de vin
en liège a été inventé et utilisé depuis des centaines d'année. Les premiers bouchons de vins en liège bouchait les amphores, c'est
l'invention de la bouteille de vin qui a donné au bouchon de vin sa forme.

Bouchon en liège

Produit 100% naturel, le bouchon de liège naturel est un bouchon cylindrique obtenu directement à partir du liège, par tubage dans la masse, à l'emporte-pièce manuel ou automatique. Les bouchons ainsi obtenus sont rectifiés pour obtenir la longueur exacte souhaitée. 

C

Capsules à vis

Système de bouchage alternatif au liège, la capsule à vis, ne présente pas de son côté une solution réellement satisfaisante. En termes d’image, la capsule à vis passe difficilement auprès des consommateurs qui n’apprécient pas trop l’apparence « bas de gamme » qu’elle donne à une bouteille de vin. 
Des études menées en Australie ont également mis en évidence des notes de réduction sur des vins bouchés avec la capsule à vis. Les capsules à vis ont en effet comme défaut essentiel d’être presque totalement étanche à l’oxygène, ce qui provoque ce phénomène de réduction.

Des tests à grande échelle effectués au cours de l’International Wine Challenge (IWC), de Londres en 2007 ont mis en évidence ce défaut. Plus de 2 % des centaines de bouteilles fermées avec la capsule à vis et testées lors du concours de l’IWC ont montré un problème de «sulfurisation», qui donnerait au vin des arômes «de caoutchouc brûlé, d'œufs pourris, d'allumettes brûlées …».

La capsule à vis nécessite d’autre part des bouteilles à pas de vis et des chaînes d’embouteillage adaptées, et entraîne donc des surcoûts. Entre l’achat des capsules elles-mêmes, l’adaptation de la chaîne d’embouteillage et le coût des bouteilles spéciales, les capsules à vis reviennent plus cher que les systèmes traditionnels.
De sérieux problèmes de stockage sont apparus à cause des chocs pouvant se produire entre les bouteilles couchées. Quand la capsule à vis est heurtée par une autre bouteille, une déformation peut se produire, entraînant des coulures ou un risque d’oxydation rapide.

Cireux

Composés du liège aux caractéristiques hydrophobes qui assurent de l’imperméabilité.

Composition chimique du liège

Subérine (45%) - Composant principal des parois des cellules du liège, responsable de son élasticité, lignine (27%) - Élément qui contribue à la liaison entre les divers composant, Polysaccharides (12%) - Composants des parois des cellules du liège qui contribuent à la définition de sa texture, Tanins (6%) - Composés qui déterminent la couleur, Cireux (5%) - Composés hydrophobes qui assurent de l’imperméabilité, Divers (5%) - Minéraux, eau, glycérine et autres.

F

Fabricants de bouchons

A la fin du règne de Louis XIV, les fabricants de bouchons présentaient une certaine importance, car le 24 août 1726, les statuts de corporation des Patenôtres d’os (fabricants de chapelets), des Cornetiers (fabricants d’objets en corne) et des Bouchonniers étaient déposés en 29 articles.

L’Encyclopédie de Diderot (2ème moitié du XVIIIème siècle) contient un article sur le métier de Bouchonnier et les fabricants de bouchons, avec des ouvriers occupés à fabriquer des bouchons au couteau, et une marchande triant des bouchons.

On trouve également trace à Paris à cette époque, d’une corporation de fabricants de bouchons dépendant de celle des Tonneliers. Au début du XVIIIème siècle, une nouvelle ère de gloire s’ouvre pour le liège. En Champagne, près d’Epernay, un moine bénédictin français dirige l’abbaye de Hautvillers : c’est Dom Pérignon. En mettant au point le processus de champagnisation, il s’aperçoit que les bondons de bois, enveloppés de feuilles de chanvre huilées, utilisées pour fermer les bouteilles, sautent régulièrement. Il remplace alors ces bondons par des morceaux (bouchons) de liège, ce qui améliore les résultats. La légende prétend qu’il eût cette idée en voyant les bouchons de liège que les moines
espagnols, qui passaient à l’abbaye, utilisaient pour la fermeture de leurs gourdes. L’utilisation du bouchon en liège pour obturer les bouteilles est née et va se généraliser dans toutes les maisons de vin, car on s’aperçoit qu’il aide en plus à la bonification du vin à la garde.

Si les premières usines des fabricants de bouchons apparaissent en Espagne en 1760, l’art et le métier des fabricants de bouchons sont nés dans le Midi de la France, puis étendus à la Catalogne Sud par émigration. Les ateliers de fabricants de bouchons se développèrent aux XVIII et XIXème siècle en France (Var, Puis Roussillon et Sud-ouest). Au Portugal, le développement commença à partir de la fin du XIXème siècle uniquement. Durant le XIXème siècle, l’industrie du liège garda un caractère artisanal et manuel, et n’évolua que lentement. C’est uniquement au cours du XXème siècle, que le secteur des fabricants de bouchons liège évolua avec des matériels de fabrication plus perfectionnés et une
conception plus industrielle.

Fabrication de bouchons

AMORIM s’appuie sur une maîtrise complète de l’ensemble de la filière de production du liège et de fabrication des bouchons pour proposer le meilleur de ce produit à tous ses clients. C’est cette maîtrise de la fabrication de bouchons : de la matière première, des processus de production, des contrôles permanents, jusqu’à la livraison finale du produit sur la chaîne d’embouteillage qui différencie totalement AMORIM des autres fabricants de bouchons de liège.

La matière première sélectionnée et contrôlée par AMORIM est utilisée tout au long du cycle de la fabrication de bouchons pour servir à la fabrication des divers modèles de bouchons. Même la poussière de liège provenant des diverses étapes de fabrication de bouchons est récupérée pour alimenter les chaudières des usines.

Pour en savoir plus sur la fabrication de bouchons, nous vous invitons à consulter la rubrique : le savoir-faire Amorim.

FSC

Forest Stewardship Council (www.fsc-france.org), Fédération dont le but est d'encourager une gestion des forêts responsable au niveau social, écologique et économique.

G

Goût du bouchon

le "goût de bouchon" est un terme assez large décrivant un groupe d'odeurs et de goûts indésirables trouvés dans une bouteille de vin. On dit alors que la bouteille, ou le vin, est bouchonné(e). Ce "goût de bouchon" provient principalement d’une molécule, le 2,4,6-trichloroanisole, ou TCA. Bien que des études récentes aient prouvé que d'autres facteurs pouvaient être responsables de ces défauts (tonneaux de bois, conditions de stockage et de transport des bouchons et du vin), la responsabilité est imputée généralement et uniquement au liège. Pourtant le problème est souvent plus complexe et certains produits fongicides utilisés pour le traitement du bois (charpentes, palettes...), ou retardant des incendies (bois, intérieurs des armoires électriques...), peuvent être dégradés en composés type TCA responsables de goûts liégeux dans les vins. Dans quelques rares cas, cette altération peut aussi être due à la présence de molécules similaires, également chlorées. Cette dégradation est réalisée par les moisissures naturellement présentes dans la cave avec contamination de l'ambiance où s'effectue le travail du vin de sorte qu'il est possible de trouver des vins avec un "goût de bouchon" alors qu'ils sont conservés en cuve et n'ont donc jamais fait l'objet d'un embouteillage.

L

Liège naturel

Le liège naturel est l’écorce du chêne-liège (Quercus Suber L), un arbre noble possédant des caractéristiques très spéciales qui croît dans les pays qui entourent le bassin méditerranéen (Espagne, Italie, France, Maroc, Algérie et Portugal), où il est apparu il y a plus de 60 millions d'années. Les peuplements de chênes liège sont plus nombreux au Portugal, où la forêt de chênes-liège représente une surface totale de 725.000 hectares. L'Homme a appris très rapidement à extraire, à travailler et à utiliser le liège naturel de cette noble espèce.

L'exploration du liège naturel est à cet égard un excellent exemple des rapports entre l'Homme et la Terre, des modèles écologiques à respecter.

L’analyse de la composition chimique du liège naturel permet d’identifier les différents composés et leur proportion en taux moyen :

  • Subérine (45%) - Composant principal des parois des cellules du liège naturel, responsable de son élasticité.
  • Lignine (27%) - Élément qui contribue à la liaison entre les divers composants du liège naturel
  • Polysaccharides (12%) - Composants des parois des cellules du liège naturel qui contribuent à la définition de sa texture.
  • Tanins (6%) - Composés qui déterminent la couleur du liège naturel.
  • Cireux (5%) - Composés hydrophobes qui assurent de l’imperméabilité du liège naturel.
  • Divers (5%) - Minéraux, eau, glycérine et autres.
Lignine

Élément du liège qui contribue à la liaison entre les divers composants.

P

Polysaccharides

Composants des parois des cellules du liège qui contribuent à la définition de sa texture.

Production de bouchons

AMORIM s’appuie sur une maîtrise complète de l’ensemble de la filière de production du liège et de production des bouchons pour proposer le meilleur de ce produit à tous ses clients. C’est cette maîtrise de la production de bouchons : de la matière première, des processus de production, des contrôles permanents, jusqu’à la livraison finale du produit sur la chaîne d’embouteillage qui différencie totalement AMORIM des autres fabricants de bouchons de liège.

La matière première sélectionnée et contrôlée par AMORIM est utilisée tout au long du cycle de la production de bouchons pour servir à la production des divers modèles de bouchons. Même la poussière de liège provenant des diverses étapes de production de bouchons est récupérée pour alimenter les chaudières des usines.

Pour en savoir plus sur la production de bouchons, nous vous invitons à consulter la rubrique : le savoir-faire Amorim.

Q

Quercus Suber L

nom latin du chène liège, arbre noble possédant des caractéristiques très spéciales qui croît dans les pays qui entourent le bassin méditerranéen (Espagne, Italie, France, Maroc, Algérie et Portugal), où il est apparu il y a plus de 60 millions d'années.

R

Récolte du liège

Le cycle de vie du liège en tant que matière-première commence par l’extraction de l’écorce du chêne-liège. Cette opération d’écorçage se dénomme "levée du liège" ; elle a lieu durant la phase la plus active de la croissance de l’écorce du liège, entre la mi-mai et le début juin, et se prolonge jusqu’aux derniers jours du mois d’août. Pour en savoir plus, visitez la page : "Récolte du liège"

S

Subérine

Composant principal des parois des cellules du liège, responsable de son élasticité.

T

TCA

c’est un scientifique suisse, Hans Tanner, qui a montré en 1981 que le goût de bouchon provenait principalement d’une molécule, le 2,4,6-trichloroanisole, ou TCA. Cette molécule est fabriquée par des moisissures nichées dans le liège en présence de composés chlorés, les chlorophénols. Le 2,4,6-trichloro-anisole ou TCA a pour formule : C6H2-Cl(3)--O-CH3) où les Cl sont en position 2,4 et 6 sur le noyau benzénique. La présence de ce produit communique aux vins une odeur désagréable et un arôme de liège. Les vins bouchonnés présentent des concentrations moyennes en TCA de 8 nanogrammes par litre, mais cette molécule est décelable dès 5 nanogrammes par litre, voire 2 ou 3 nanogrammes pour un nez entraîné.

V

Vins tranquilles

désigne tous les vins non effervescents comme le champagne ou le cidre.